.:: Interview d'Alex Staropoli de RHAPSODY ::.

Réalisée le mardi 07 juillet 2004 - Paris - Holiday Inn République -
Par Michael Duval

 

 

Surpris par la réalisation, l'ampleur et tous les moyens mis en œuvre par les italiens de RHAPSODY, pour leur nouvel album, ce fameux " Dark Secret " se devait d'être quelque peu dévoilé.

Après deux ans, RHAPSODY revient avec un mini album intitulé " The Dark Secret ". Pourquoi cette avant-première ?

Alex Staropoli : C'est juste une sorte d'amuse-gueule. Ce mini album contient deux titres qui figureront sur l'album. En fait, cette démarche est réalisée afin de voir la réaction des gens. Ce n'est rien d'autre que ça !

" Symphony Of Enchanted Lands Part 2 - The Dark Secret - ", est votre sixième album studio. Ce titre est vraiment la suite de son prédécesseur, ou juste une nouvelle saga ? Avec de nouveaux personnages, de nouveaux décors, de nouvelles légendes ?

Alex Staropoli : Oui, absolument ! Quand tu dis que c'est une suite, tu as raison et tord à la fois. Tu as raison dans le sens où l'histoire continue, mais ce n'est pas une suite logique. De nouveaux personnages interviennent et de ce fait, la trame en est changée. C'est donc une nouvelle saga. Mais celle-ci, est de loin, la plus réussie, la plus grande, la plus riche. Elle représente vraiment ce que nous avons fait de mieux jusqu'à présent. Cette saga nous plonge réellement dans un film. Aussi bien musicalement que visuellement. Le son que nous avons employé pour une telle fresque est tout bonnement somptueux, grandiose.

Monsieur Christopher Lee est le narrateur de votre nouvelle œuvre. Il est presque le cinquième membre permanent du groupe, non ? Pourquoi avoir contacté ce personnage mythique et de quelle façon cette rencontre s'est faite ?

Alex Staropoli : Oui, c'est que nous avons pensé aussi ! (Rires !) Christopher représente tellement de choses ! Cette idée, d'introduire une chanson dramatique avec la voix d'une personne comme lui, c'était un rêve qui est devenu réalité. C'était vraiment ce qui pouvait nous arriver de mieux.. Avec cette production énorme, ce travail profondément sérieux, nous, nous devions de faire les choses en grand. Cette rencontre, s'est faite après plusieurs négociations, entre managers pour commencer et petit à petit avec nous, les musiciens. Mais cela ne s'est pas fait aussi facilement qu l'on pourrait le penser. Ce sont des heures d'argumentations, de propositions, de dialogues qui l'ont poussé à dire que nous étions de braves garçons et à accepter de rejoindre notre projet. Par contre, quand il a fallu aller en Angleterre pour le rencontrer, nous en menions vraiment pas large. L'arrogance typiquement britannique de ce Monsieur nous faisait froid dans le dos ! Mais cela c'est super bien passé et au final, c'était vraiment une excellente expérience à vivre. Aujourd'hui, nous en sommes satisfaits et très heureux.

Christopher Lee avait entendu parler de vous auparavant, ou pas ? Que pense-t-il de votre musique et comment a-t-il réagi à cette prise de contact ?


Alex Staropoli : Alors là, je n'en sais strictement rien ! Par contre, maintenant, il nous connaît un peu plus et apprécie quelques-uns un de nos morceaux. Tu sais, c'est une personne qui écoute beaucoup de musique classique et d'opéra. Alors, le fait de participer à un projet d'un groupe italien qui joue du métal et qui chante en anglais, je pense que cela, l'a quelque peu déstabilisé !

Cet album semble aller à la rencontre d'un nouveau genre de métal épique. RHAPSODY cherche t-il à fuir le stéréotype du métal épique de base en se forgeant une nouvelle armure ?

Alex Staropoli : Heu ! Je ne pense pas que la description soit si facile à faire que ça ! Nous avons cherché à rassembler énormément de nouvelles choses. Si tu remarques bien, les chœurs sont d'une puissance jamais égalée jusqu'à présent. Des musiciens partout, un son live comme jamais nous n'avons eut. Mes parties de clavier, beaucoup moins samplées et de part le fait, beaucoup plus composées. J'ai aussi énormément travaillé au piano. Je ne sais pas si tu as remarqué les parties de batterie ! C'est tout bonnement hallucinant. Fabio n'a jamais chanté de la sorte, le travail accompli est titanesque. Que ce soit les parties de guitare ou de basse, de batterie, de claviers ou de chant, chaque musicien s'est donné à fond et s'est dépensé à 200%. Nous avons donné tous ce que nous avions et nous avons sorti cet album avec nos tripes. La conception de cet album est ahurissante !

Luca et Alex sont toujours les instigateurs de cette nouvelle saga ?

Alex Staropoli : Oui et non ! En fait, Luca a écrit entièrement l'histoire, les parties lyriques et musicales de cette saga. Moi, je me suis occupé des arrangements orchestraux. Chacun travaillait de son côté et ensuite, nous, nous rencontrions tous les deux pour discuter de ce qui pouvait figurer sur l'album ou pas, des arrangements à y introduire etc.

Un orchestre philharmonique vous accompagne tout au long de l'album. D'où vient-il ? Il se compose de combien de musiciens ? Comment êtes-vous entrés en contact ?

Alex Staropoli : C'est l'orchestre philharmonique de République tchèque formé d'une centaine de personnes. Nous avions déjà entendu leur travail et comme nous connaissons bien cet endroit, notre choix s'est porté de manière instinctive, sur eux. Une petite anecdote ! Un jour nous répétions avec l'orchestre et nous faisions tellement de bruit, que la police est intervenue. Nous leur avons expliqué que cela était exceptionnel, que nous enregistrions un album. Ils ont fini par comprendre et tout est rentré dans l'ordre.

Pourquoi avoir décidé de produire cet album dans différents studios européens ?

Alex Staropoli : En fait, c'est surtout beaucoup de studios allemands ! Bien sur, certaines parties se sont faites chez nous, en Italie, pour Christopher, en Angleterre et pour l'orchestre, en République tchèque. Mais en Allemagne, nous en avons fait quelques-uns uns. Faire de la sorte, ça peut paraître grandiloquent, mais c'était juste une question de facilité et de choix, pour nous.

A chaque album, RHAPSODY semble gravir les échelons de la hiérarchie du métal épique. Vois-tu les choses comme ça ?

Alex Staropoli : Tous les albums de RHAPSODY ont suivi un chemin ascensionnel dans leur conception et réalisation, mais ce dernier franchit vraiment une gigantesque marche. Avec tous les éléments nouveaux qui nous ont permis d'élaborer et de construire ce album, un pas de géant vient d'être effectué. Que ce soit au niveau de la production, du son ou des arrangements, tout a été fait en grand ! Rien n'est comparable ! Cette œuvre est vraiment très différente des autres. Le haut du pavé en quelque sorte !

Quelques mots sur votre prochaine tournée ?

Alex Staropoli : Il y a tellement de choses à mettre en ordre pour l'instant, que rien n'a encore été établie. Nous, nous sommes même pas rencontrés pour en parler. Il est vraiment trop tôt pour que je te dise quelque chose se concret. Pour l'instant, je ne sais pas, désolé !

 



 

 

 

 

.:: Line-up ::.

Fabio Lione : (Lead Vocals)
Luca Turilli : (Guitars)
Alex Staropoli : (Keybords, Harpsycord, Piano)
Alex Holzwarth : (Drums)
Patrice Guers : (Bass)



.:: Releases ::.

Legendary Tales : 1997 (LP)
Symphony Of Enchanted Land : 1998 (LP)
Dawn Of Victory : 2000 (LP)
Rain Of A Thousand Flames : 2001 (LP)
Power Of The Dragon Flame : 2002 (LP)
Symphony Of Enchanted Land Part 2 - The Dark Secret - : 2004 (LP)

The Dark Secret (featuring narration performed by Christopher Lee) : 2004 (EP)

Emerald Sword : 1998 (Single)
Holy Thunderforce : 2000 (Single)